Lascards beur gay de cité

Le site ethnique beur et black gay.....
HISTOIRES BEUR GAY
logo citewesh
VIDEO BEUR GAY

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Nouveau

ZONEBEUR.COM

Zone Beur le site des arabes gays

Le nouveau site des beurs gays et arabes gays, métis gays...

 

La pute à Turc :

Duo de 4 minutes: Une lope cagoulé et accro au jus qui va nous pomper la superbe teub de 23 cm par 6 de large d'un vieux turc. Une bonne pipe goulue d'une lope pret à tout pour avaler le bon jus cremeux d'un vieux turc hétéro... a ne pas louper . Seulement 1 code allopass soit 1,80 euro valable pour 2 téléchargements.

La pute a turc

Une vrai chienne a rebeu !

Black nikeur de lope :

Duo de 32 minutes: Un Black lascards de paname hyper bien teubé qui débarque en province pour démonter une bonne lope rencontré sur zonebeur.com. La lope soumise va recevoir les coups de queues de cet antillais avec son gros zob de 22 cm par 7 de diametre. L'étalon va la féconder sans pitier et sous les cris de la lope, Il va lui cracher son jet de foutre en pleine gueule. La pute va tout avaler sans broncher... Un bon moment de plaisir pour seulement9,90 euros pour télécharger la vidéo sur ton pc et la regarder autant de fois que tu veux. Cliques sur la photo.

Black zobeur 22 cm par 7

Pillonné par un africain TTTBM :

Jules est un étalon africain du Bénin avec ses 23 cm par 7, Il va nous pillonner un céfrans soumis qui sous les coup de buttoire de notre ébène africain, va se faire démonter la rondelle et va se régaler du jus de ce renoi hyper bien teubé ! Video de 10 minutes à télécharger.

Black zobeur 22 cm par 7

Gallerie photos beur gratuites

Zonebeur.com Tchat entre beur et arabe de cité 

Le site des lascars de cité

Les histoires de REBEU TTBM GAY de cité et de racaille rebeu et blacks gays de banlieue...

Histoires gay de rebeu gay ou black de téci ! toi aussi envoi nous tes récits de mec2téci !

 

C’est l’été sur Citéwesh.com, toute l’équipe vous souhaite de bonnes vacances bien hots au niveau des rencontres ! Surtout protégez-vous !
Pour fêter les vacances citéwesh te fait gagner des tapis de souris « Zonebeur.com » le célèbre site de rencontres 100 % beurs et blacks gays de cité ! Le site de tchat 100 % Gratuit !!
Ecris-nous tes plus belles histoires en remplissant le formulaire ici : Rempli le formulaire "Histoires gay" en cliquant ici.:
Pour gagner un Tapis de souris pendant le mois de Juillet et aout 2012 !

 

forfait video x gay a gagner

Tu as toutes tes chances pour gagner lUne paire de TN Rekin , envoi nous ton récit !!

barre citewesh

Lyly 75 la pute travesti tournée par 2 rebeux de cité !

Je suis Lyly75, une belle travesti soumise aux arabes de cité, j'ai mon propre blog travesti amateurs ou je poste mes vidéos et mes photos amateurs. L'autre jours, je décide d'organiser un plan abattage à l'hôtel et pour cela je poste une ptite annonce travesti sur mon site..

J'ai eu un nombre incroyable d'appels de jeunes beurs de cité qui voulait passer me démonter ma chatte.

Puis je reçois l'appel de Rabia qui est un jeune beur du 93, il me dit :" j'ai vu ton blog lyly 75.com avec un poto et on a très envide de te défoncer la chatte salope" ..

" on est deux bogosses rebeux algériens avec des grosses bites et ont veut te défourailler ton gros cul de putain " , " whouala tu vas prendre cher Lyly75 ! "

Au téléphone , Rabia me fait mouiller en me traitant de chienne, de bonne pute à éclater.. Je leurs donne donc l'adresse de mon hôtel pour qu'il viennent me niker...

Au bout de 30 mn je recois un texto qui disait : " Salam Lyly 75, c'est Rabia et rachid, on est en bas c'est quel étage et numéro de chambre salope presse toi.."

Je lui donne le numéro de la chambre et l'étage, au bout de 3 minutes ca frappe à la porte, je prend du poppers pour les aceuillir comme ils se doit !!

J'ouvre la porte, Bonne surprise, j'appercoit deux jeunes bomecs (ils m'avaient pas mentis), rebeu en survet Adidas pour l'un et l'autre en survêt lacoste avec une grosse bosse que je devine à travers son survet...

Pour bien leurs faire comprendre à quoi je sert, je me met directement à genoux , la bouche ouverte à leurs disposition...

l'un des deux mecs (Rabia) me dit " je peux rouler un pet avant qu'on te casse le cul ?", bien sur je leurs répond oui car j'adore sucer des rebeux pendant qu'ils fument leurs pet !!

Toujours à genoux, rabia me demande de lui lècher ses basquette, de belles TN toute neuse que je m'empresse de nettoyer avec ma langue..

Il me dit " Alors c'est toi Lyly 75 la pute à rebeu du 93, qui suce tous les arabes ?", t'ai vraiment qu'une pute , on vas te défoncer salope.."

Rachid, son pote se carresse la queue à travers son survet , il bande en me voyant lècher les basquette de son poto...

Il me sors sa queue et me la carre dans la bouche en fond de gorge, il me dit : "suce sale putain, t'es qu'une suceuse de rebeu chienne des cités !!! ..

Un bonne grosse bite circoncise que je pompe sous les yeux de son pote qui sors son zeb pour se branler...

Rachid dit à son pote : " putain vas y goute la cette bouche de salope, elle adore ca elle se régale la pute ça se sent elle suce trop bien.."

Rabia écoute son pote et me donne sa queue à pomper, je me retrouve avec deux queues dans la gueule, j'ai du mal à les sucer en même temps car leurs queues sont trop grosses..

Puis rabia me souleve ma jute et me dit: " prépare toi à te faire défoncer ta chatte bb, je vais te pilonner comme la pute que tu est ".

Il écarte la ficèle de mon string et me crache un gros mollard sur mon anus bien humide, puis d'un coup sec il m'empalle avec son gros zob pendant que je taille une pipe à son pote...

Il me chevauche comme une vrai femelle en ruthe, je couine sous ses gros coups de reins dans ma chatte de salope..

Puis rabia dit à son pote, je la féconde et tu la baise après ol ? tu vas voir sa chatte est bien ouverte et aceuillante, ca rentre comme dans du beurre.."

Je sent Rabia qui accèlère le mouvement, il me tape le cul au fond, puis il me l'enfonce au fond et pousse un cri de jouissance, il me dit " tiens Lyly75 je suis en train de te féconder, je me vise le jus d'arabe dans ta chatte salope"..

A ce moment là je suis au septième ciel, il m'as ensemencer avec son foutre, puis il se retire pour laisser un trou béant qui se fait vite remplir par son pote qui rentre aussitôt dedans..

Il me dit : on est bien la dedans, ta chatte a sperme est bien chaude Lyly75 ?" puis il me défonce d'une force , il me malmène en m'insultant de tout les noms..

Il me crache tout son foutre dans la chatte et se retire, avec son téléphone portable il me prend l'anus courte de sperme en photo, il me dit " Ca c'est pour faire voir au copains de la cité comment t'ai Lyly 75, tu vas en avoir des rebeux à vider salope.."

Puis il repartent les couilles vides, moi je suis contente du devoirs acompli...

Lyly 75 la pute du 93 mon site http://www.lyly75.com

 

barre citewesh

Djirbril et Soumah !

Je suis français, je m'appelle Lucas (30 ans ). Je vis en couple avec un superbe black africain guinéen qui s'appelle Djibril ( 24 ans ). Nous vivons en couple depuis 3 ans. Je suis prof et mon bel appollon black est un basketteur professionnel de 185 cm, 82 kgs de muscles. Pas besoin de vous dire que les parties de baises sont chaudes. Je jouis du cul comme une femme en chaleur et je jouis sans même me toucher tellement c'est bon et puissant. Seul les bons passifs qui aiment les blacks peuvent comprendre.

Après, 3 annèes, d'extrèmes complicités et d'un amour fort … nous avons decidé de faire venir en France le frère cadet de Djibril afin qu'il puisse y suivre des études univertaires. Soumah (19 ans ) est donc venu loger chez nous. C'était aussi une facon pour Djibril d'affirmer son homosexualité à sa famille. Si vous connaissez quelques africains et les mentalités africaines, vous n'êtes pas sans ignorer que c'est encore un sujet tabou en Afrique. En acceuillant, Soumah ( le frère cadet ) à la maison, Djibril légitimait non seulement notre couple aux yeux de sa famille mais aussi son orientation sexuelle. Et Soumah devait le témoin de cet amour qui n'était plus caché et tabou.

Djibril était très pris avec son club de basket et les matches de N1. Quand à Soumah, il suivait ses cours en fac et il avait sa chambre chez nous et je m'occupais de lui pendant l'absence de son frère … rien de sexuel. J'étais l'épouse de son frère aîné. Quand Djibril revenait chez nous, les nuits étaient agitées. Djibril a une plastique superbe mais son frère n'avait rien à lui envier aussi, mignon tout plein et souriant à souhait. Soumah, lui était plutot foot. Ni Djibril, ni Soumah ne buvaient ni fumaient … ils faisaient beaucoup de sport Djibril professionnellement et Soumah pour devenir beau et musclé comme son frère.

Le tournant de cette histoire se passa quand Soumah découvrit un DVD gay. Je le retrouvais 3 jours plus tard dans sa chambre. Le soir au dîner, je lui demandais:

Lucas: “ Dis-moi, tu as aimé le DVD Matos de Blackoss? “
Soumah: “ Oui, c'était chaud … “

Me dit-il me posant la main sur la cuisse ce qui me fit bander dur comme je le faisais quand Djibril le touchait.

Soumah: “ J'ai envie d'essayer aussi. Je suis chaud. Ca fait 4 mois que je vis ici sous votre toit et je suis en manque! “
Lucas: “ Je comprends, Soumah, mais je vis avec ton frère et je lui ai promis honneur et fidélité. “

Soumah me sourrit et il me roula un patin.

Soumah: “ Je comprends. C'est bien “

Le week-end suivant, Djibil me pris 2 fois de suite. Il était lui aussi en manque. Puis, il est descendu au salon. Il est resté en bas une bonne heure. Me faisant du soucis, je suis descendu moi aussi, pour trouver les deux frères dans le salon en pleine discussion. Je me suis allongé, pres de Djibril.

Djibril: “ Soumah me disait qu'il t'a fait des avances et que l'a repoussé. C'est bien ma femme! Je suis fier de toi. J'ai confiance en toi. “

Djibril m'a roulé un patin d'enfer et le paluchant devant son jeune frère.

Djibril: “ Si mon petit frère a envie de toi maintenant, je lui ai donné le droit de te prendre. Tu comprends ? “
Lucas: “ Bien, mon cheri. Je ne voulais pas te tromper. “
Dibril: “ C'est bien ainsi. Maintenant, Soumah a le droit de te baiser en mon absence. Il peut te faire ce que je te fais … “

Djibril et moi sommes remontés dans la chambre. Djibril m'a refait l'amour une derniere fois plus fort que jamais … avant que nous endormions tous les deux enlacés. Le lendemain matin, Djibril est parti de bonne heure, il avait un camp de basket pendant 15 jours. Il m'a laissé dormir. Je ne me suis pas appercu que Soumah est venu prendre sa place direct dans le lit. Djibril est venu m'embrasser avant de partir et il m'a souhaité une bonne semaine auprès de son petit frère … C'est à ce moment que j'ai réalisé que Soumah était nu dans notre lit.

Aussitot parti, Soumah a voulu goûter pour la premiere fois au amours masculines. Je l'ai sucé avec application comme je le faisais pour son aîné de frère. Les préliminaires ont été câlins et tendres. Et je me suis empalé sur son sexe droit. Soumah était si existé qu'il n'a pas tardé à jouir. Il a joui dans mon cul, proprieté de son frère. Il avait aimé cette premiere fois qui ne serait pas la dernière, mais c'était en famille !!!!

Pendant les 15 jours d'absence de Djibril, son frère m'a enculé une fois par nuit. Il a essayé toutes les positions. Il faisait son apprentissage avec application et amour.

Et il se sentait bien. Il a commencé à prendre des initiatives à me sucer, à me lecher la rondelle et à me doigter aussi …

Quand Djibril est revenu. Je suis allé me doucher avec Djibril. Son odeur, la douceur de sa peau, le goût salé de sa peau me manquait. Djibril a voulu que je le prenne. Ah oui, au file des années, Djirbril était devenu actif et passif comme moi … Pendant le dîner, ils nous a demandé: “ Alors, les amants, vous avez bien aimé ces 2 semaines passées à niquer ? “

Soumah est devenu tout rouge: “ Oui, c'est le pied “

Djibril en mâle dominateur à rajouter … alors passons au lit tous les 3 ( la suite plus tard ) Djibril

barre citewesh

Sur les remparts de Saint Malo

Cette histoire m'est arrivée hier soir. J'avais vu sur un site internet qu'il y a un lieu de drague sur les remparts de Saint Malo, lieu unique, magique et très romantique. Je prends donc un vélo à la recherche de ce lieu, et surtout les rencontres qui vont avec. J'ai eu beaucoup de mal à trouver. On peut faire tout le tour des remparts sans le voir. En fait, il faut cercher la statue de Surcouf, sur un petit jardin séparé des remparts par des passerelles en bois.
Arrivant dans ce petit jardin, j'ai tout de suite vu que les promeneurs n'étaient pas les mêmes qu'ailleurs, sur les remparts ou dans l'autre jardin. Je croise un homme qui visiblement s'arrête et me regarde, il recherche le contact. Cinquantenaire, pas très attirant mais il faut bien reconnaître que je ne suis pas souvent à ça près. Je continue jusqu'à une tour en pierre où j'ai vu quelqu'un qui attend. La tour est assez grande, environ 2 m de diamètre.
Surprise, le mec qui attend a déjà la queue sortie. Peu farouche, je la prends dans la main pour lui donner du plaisir. Sa queue est fine et longue. Elle prend toute sa fermeté rapidement. Il me touche au même endroit et je le laisse faire, mais sans tarder à me pencher pour prendre son engin en bouche. Il apprécie tout particulièrement le fond de ma gorge. Il doit rarement être massé de la sorte, tant ça lui plaît. Pourtant la longueur et la finesse de son engin s'y prêtent tout particulièrement et j'y prends un grand plaisir, sans un instant d'étouffement.
Quand un autre mec se présente et demande s'il dérange nous lui répondons que non, il est le bienvenu. Très vite nous nous occupons les uns des autres à trois, avec la main, avec la bouche... Enfin, je suis quand même celui qui a le plus souvent la bouche pleine ! Le nouveau venu a une queue plus grosse que l'autre, et probablement plus longue aussi. Un beau morceau. Il aime, quand je le suce, mettre la main sur ma tête et dans mes cheveux. Il n'appuie pas beaucoup mais j'apprécie énormément être encouragé et poussé de la sorte.
Il a compris autre chose, c'est que j'aime beaucoup être pincé sur les seins. Il ne s'en prive pas, pour mon plus grand plaisir. A un moment où il est occupé par mon premier partenaire, il me demande de monter sur le banc de pierre qui court le long du mur. Ma nature obéissante prend le dessus, et moi de la hauteur (désolé du jeu de mots ridicule). En fait, il voulait me sucer debout, ce qui nécessitait que je monte ainsi. Je prends du plaisir à me faire sucer, ce qui est plutôt rare.
Et perché ainsi, je vois au loin ceux qui pourraient venir et même les promeneurs sur les remparts. Qu'il est excitant de baiser en public en observant ceux qui pourraient vous voir sans se douter un instant de ce qui se passe d'aussi scandaleux, voire immonde, pour beaucoup de monde.
Je finis par redescendre, et bien sûr j'embouche une queue après l'autre. A un moment où je m'occupe de celle du premier mec, qui apprécie beaucoup ce que je lui fais avec ma glotte, je prendrais presque peur en voyant l'autre passer derrière lui et faire mine de l'enculer. S'il y en a un ici qui doit être enculé, surtout par une aussi belle queue, c'est moi ! Fausse alerte, finalement il ne va pas jusqu'au bout de son geste et ne fait que pointer son bel engin entre les fesses de mon mâle sucé. Nous prenons du plaisir tous les trois, et après un certain temps celui qui était là avant moi se rhabille et s'en va. Je pense qu'il a pris son plaisir, a joui et n'en veut plus.
Il me laisse avec ce beau mec d'une trentaine d'années, grand, brun et fort, qui aime me faire mal aux seins et prendre du plaisir avec sa belle queue. Quel plaisir pour moi ! L'amour c'est bien aussi à deux, surtout avec quelqu'un qu'on apprécie. De temps en temps se présentent des mecs qu'il refoule. Il préfère un peu d'intimité, même dans un endroit comme celui-ci. Nous prenons beaucoup de plaisir et alternons les rôles. Je le félicite :
- Tu as une belle queue !
- Toi aussi.
Il est vrai que je suis très bien pourvu, ce qui m'attire beaucoup de succès même si ce n'est pas toujours celui que je voudrais :
- Oui, mais elle ne sert pas beaucoup, je suis presque uniquement passif.
Ca n'a pas eu l'air de le décevoir. Nous avons repris nos caresses, aussi buccales que manuelles, les pincements, les baisers, ce qui nous plaisait tant.
N'y tenant plus, il me propose de s'occuper de mon petit trou. Je m'empresse d'accepter, et je lui fournis même le petit capuchon nécessaire. Prévoyant ! Quand je lui explique qu'il peut y aller fort et que j'aime avant tout donner du plaisir, il me répond qu'il a peur de me faire mal. Il entame donc son travail, et dès qu'il emploie un peu de salive il constate que ça présente peu de difficultés.
Nous sommes assis, lui sur le banc de pierre et moi sur son pieu quand se présente le cinquantenaire du début. il cherche à le repousser, mais le mec se place dans un coin, sans s'approcher.
Le passage s'est fait, et il peut me prendre dans une position que je dirais plus... pénétrante. Je suis donc plié en deux, les mains sur la pierre du banc ou du mur, regardant la rue et les remparts par les ouvertures. Que j'aime me faire enculer comme une chienne en voyant des inconnus qui ne comprennent pas ce qui m'arrive !
Parce que mon beau mec se plaît à y aller fort. Il me prend par les hanches, et me défonce littéralement tout en alternant avec des périodes plus calmes. Je prends un pied pas croyable et ne peux réprimer quelques gémissements. Ca doit beaucoup plaire au mec dans le coin, debout sur le banc de pierre, qui regarde à l'extérieur en écoutant certainement ce qui se passe à l'intérieur. Et à l'intérieur, croyez-moi, il se passe des choses ! Mon beau brun lache mes hanches pour s'attaquer à ma nuque qu'il abaisse pour amplifier la position, puis me relève pour prendre ma bouche dans un baiser profond pendant qu'il me vrille de l'intérieur avec cet organe qui lui procure tant de plaisir.
Quand il m'explique qu'il va jouir, je lui dis d'y aller. Ses mouvements prennent alors une nouvelle intensité pendant encore une minute ou deux puis il jouit dans mon fondement au moment où je libère ma jouissance, longtemps retenue.
Nous reprenons les baisers. Que j'aime que les mecs n'aient pas complètement fini quand ils ont joui ! Il a peur de m'avoir fait mal mais je le rassure en lui disant que quand j'ai eu mal, ça a été très bref. Il devait avoir l'habitude de se retenir pour ne pas faire mal à ses partenaires, et mes capacités de passif l'ont agréablement surpris.
Nous ramassons les emballages et mouchoirs en papier. Il faut laisser propre ce lieu magique et ne pas attirer l'opprobre, fort justifiée, des promeneurs qui découvriraient des capotes et autres objets sales et licencieux en plein jour. Ce sont souvent ces débordements qui alimentent les politiques de répression sur les lieux de drague.
Nous nous séparons fort satisfaits de notre soirée. Je le suis des yeux, puis le rattrape avec mon vélo au moment où il part en voiture. Je l'ai suivi dans les petites rues de l'intra muros, le rattrapant avant de me refaire distancer. Ce n'est que sorti de cette belle ville qu'il me distancera définitivement sur une grande route et sans avoir remarqué que je le suivais avec un simple vélo. Patrick

 

barre citewesh

Il aime ma bouche .

Son premier geste quand il arrive est de me caresser les cheveux que j'ai courts.
C es visites sont irrégulières . il m'a dit qu'outre le sexe il aimait la douceur que je lui apportait. il est algérien , il a 49 ans mince , petite moustache et viens chez moi pour que je le fasse jouir avec ma bouche.
il ne parle pas beaucoup , mais râle énormément quant il jouit. Ses éjaculations sont puissantes, abondantes et délicieuses. Sa manière de tenir ma tête sur sa queue qu'il enfonce profondement, m'amène à la jouissance buccale.
il aime que je le pompe lentement et sur toute la longueur de sa queue qui est de taille moyenne, large avec un très beau gland. Ses couilles sont lourdes pendantes et grosses. Il aime que je les prenne en bouche . Se faire sucer longuement est son truc.
Sa queue est si dure , avec cette grosse veine bien visible. Il a les seins sensibles. Quand la jouissance est proche ce n'est plus moi qui agit , mais lui ; il me baise littéralement la bouche, puis ralentit , me tient la tête et me donne son nectar. c'est une relation sans aspect glauque, uniquement basée sur nos goûts à tous deux. C'est rare et précieux. Phil (Lyon)
.

barre citewesh

Comment j'ai lopé Karim-le-musclé !

Depuis plusieurs années, j'attends avec impatience, les vidéos de Karim Le Musclé sur un site de vidéos en ligne, surtout celles où il se laisse caresser et tripoter par un autre mec. Il faut dire que j'ai toujours fantasmé sur les mecs musclés, voire bodybuildés sans jamais réussir à passer à l'action. J'aimerais pouvoir admirer, caresser, palper, masser un mec exagérément musclé, mais ça ne court pas les rues ! Je suis un petit mec mignon de 29 ans, blond, yeux marrons.

Un jour, je me décide à contacter Karim par mail. Nous échangeons quelques messages afin de cerner les attentes de chacun. Je lui explique que j'aime les mec plutôt soumis et obéissant, s'il est partant. Nous fixons donc un rendez-vous Gare Montparnasse : J'ai un séminaire de 2 jours sur Paris et je profite de l'occasion pour une rencontre. Ma seule exigence : qu'il soit à m'attendre sur le quai à l'arrivée de mon train face à la porte de la voiture 12 (dans laquelle je me trouve). Il me demande si une tenue particulière me ferait plaisir ; je lui réponds bombers, torse nu en dessous (éventuellement un t-shirt ultra moulant, comme une seconde peau pour bien mettre en valeur ses muscles). Il est OK : rien que pour ça, un de mes plus gros fantasmes est sur le point de se réaliser… (je suis fétichiste de bombers et surtout de doudounes…)

Mon TGV arrive en gare, je sors et vois un mec en bombers, adossé à un pilier. Je vais vers lui et dis juste
- Karim ?
- Oui !
Je me contente de lui tendre mon sac de voyage pour qu'il le porte. Quitte à avoir un mec puissant sous la main, autant qu'il porte les bagages… Je suis dans un état d'excitation avancé, une gaule naissante fait gonflé mon jean et j'ai hâte d'arriver à l'hôtel voir ce qui se cache sous ce bombers zippé jusqu'en haut.
Nous descendons dans le métro, ligne 6. Il y a beaucoup de monde sur le quai ce dimanche vers 19h. Nous ne parlons pas, je prends soudain conscience que je vais enfin pouvoir posséder un mec au corps comme je les aime, parcourir ses épaules larges, caresser les biceps énormes et bulbeux, prendre à pleines mains ses pecs épais et saillant (la partie du corps que je kiffe par-dessus tout). Je voudrais que tout le monde sache, sur ce quai bondé, que le mec bardé de muscles à coté de moi m'appartient pour la soirée. Qu'ils sachent tous qu'il est ma chose, qu'ils voient à quel point il est musclé mais qu'ils ne pourront pas y toucher, il est rien que pour moi. Je voudrais qu'ils m'envient…
Nous rentrons dans la rame, nous sommes sérés les uns contre les autres et je n'aime pas ça. Je me rapproche de Karim pour qu'il me protège de ces inconnus. Trois stations plus loin, beaucoup descendent et même s'il reste pas mal de monde, nous avons de la place. Je me remets à penser que j'aimerais que tous ces inconnus sachent que ce mec à la musculature surdéveloppé est pour moi. Je lui dis :
- Ouvre ton bombers !
Il baisse le zip de son blouson et laisse apparaître un torse puissant gonflé par des heures de muscu. Même dans mes pensées les plus chaudes, je n'aurais osé imaginer des pecs aussi développés. Je me mets à triquer direct ! Je fais un tour d'horizon des autres voyageurs : la majorité n'a rien remarqué, mais certains regarde du coin de l'œil ce mec qui exhibe, en plein hiver, son torse musclé à mort. Ça m'excite grave, mais ce n'est pas suffisant ! maintenant, je veux qu'ils sachent qu'il est A MOI ! J'ordonne donc à Karim
- Mets-toi à genoux à mes pieds
- Ici ? Devant tous ces gens ?
- Oui ! Je veux qu'ils te matent et qu'ils comprennent que tu m'appartiens !!!
Il s'exécute donc… Même si la situation me met très mal à l'aise (je suis plutôt du genre timide et très conventionnel), je kiffe cette soumission qu'il m'accorde. Je ne pensais pas être capable d'ordonner quoi que ce soit à un mec… et encore moins qu'il obéisse sans résistance ! Beaucoup de voyageurs nous ont remarqués maintenant : certains sont perplexes, d'autres sont outrés et quelques uns sont curieux. Il y en a même un qui se caresse l'entre jambe, la main dans la poche de son jogging. Il me sourit en coin, essaie de masquer le renflement au niveau de sa braguette. Il sait, lui, que je vais passer une bonne soirée. Il m'envie sûrement de posséder un mec aussi musclé, avec un corps aussi parfaitement dessiné que l'on voit uniquement dans les magazines gays ! Nous arrivons à la station près de l'hôtel, j'aurais envie de continuer à exhiber Karim dans tout Paris, mais j'ai aussi grave envie de découvrir tout le reste de ce corps, objet de tous mes fantasmes les plus ancien
s. Je lui fais signe de se relever, il reprend mon sac et nous quittons le métro. Ça caille un peu dehors et je le vois donc rezipper son blouson
- Qui t'a permis de refermer ?
- Je… heu…
Il baisse les yeux et exhibe à nouveau ce torse de malade. Je commence à prendre de l'assurance dans mon rôle de domi ce qui me surprend. Même si j'ai toujours été 200% actif, je n'ai jamais eu l'occasion de dominer un mec (à part dans mes pensées les plus secrètes) et cela me charge d'adrénaline… Il est grand temps que l'on arrive à l'hôtel sinon je vais violer direct sur le trottoir !

Je récupère la clé de ma chambre et nous nous engouffrons dans le minuscule ascenseur. Pendant que les portes se ferment je mate enfin dans la lumière ce torse puissant et volumineux. J'ai envie de toucher mais reste étonnamment statique, incapable de seulement l'effleurer.
Nous rentrons dans la chambre, je retire ma doudoune, il pose mon sac et je reste là, à un mètre de lui, admirant simplement ce que son bombers ne cache pas : le creux de ses pecs et ses abdos auxquels je n'avais pas encore prêté attention. Ils sont magnifiquement dessinés et incroyablement saillants et volumineux ; ils ne peuvent pas être naturels, c'est impossible… mais après tout, je me fous bien de quels produits il a pu prendre tant que le résultat est aussi magnifique. Il me dit :
- Je suis ta chose, fais moi ce que tu veux
Ces mots m'électrisent et pourtant je ne peux pas bouger. Je lui demande enfin de retirer son bombers, je ne bouge toujours pas. Je ne peux qu'admirer ce corps parfait, puissant…
J'emplis mes yeux de ses épaules larges, ses bras puissants, ses pecs bulbeux, ses abdos secs parfaitement dessinés. Il décide à ce moment de gonfler ses muscles, de s'exhiber encore plus pour moi. Il prend des pauses pour gonfler ses biceps ce qui m'excite encore plus ; je me rapproche un peu et tends ma main pour enfin effleurer cette boule de muscle. Timidement, je commence à caresser tout son corps en remontant vers les épaules du bout des doigts puis je descends vers les pecs que je commence à caresser de toute ma main. Et là, il me répète :
- Fais-toi plaisir, je suis à toi, profite !
Je prends donc ses pecs à pleines mains, je les malaxe. Cela m'excite comme un malade, je commence à avoir envie de lui faire choses sales, le soumettre comme une pute mais je suis timide et je voudrais respecter ce corps magnifique qu'il m'offre…
Je lui titille le téton droit, d'abord du bout des doigts puis avec ma paume et enfin avec ma langue et le bout de mes dents, il gémit…il y prend du plaisir, sa queue est soulevée par des spasmes de plaisir. Il descend sa main vers son entrejambe et ouvre son jean, il sort sa bite pour s'astiquer mais je l'en empêche : je ne veux pas qu'il se branle puisqu'il est là pour MON plaisir. Je continue à parcourir son corps avec mes mains : ses abdos, ses bras, ses épaules… Je passe derrière lui et lui attrape les pecs à pleines mains. Je bande comme un âne, ma queue ne tient plus dans mon jean mais je kiffe ce moment où son corps défile sous mes mains, j'ai envie d'en profiter. Je finis baisser son jean à ses chevilles pour caresser ses fesses musclées et rebondies ; c'en est trop, il y a comme une décharge électrique en moi : ce mec m'appartient et je compte bien en profiter. Mon coté dominateur reprend le dessus et je vais faire de lui ma pute pour un moment…
- Mets-toi à genoux, mains sur la nuque
Il obéit ce qui me permet de t'admirer de haut. Je caresse ses biceps gonflés dans cette position. J'ai envie de l'humilier encore plus, le loper. Je lui ordonne de se mettre nu, face au mur, jambes écartées, les mains contre le mur et me place derrière lui. J'ai une vue parfaite sur son cul. J'enduis mes doigts de gel et lui enfonce direct 2 doigts sans ménagement bien profond dans la rondelle. Il sursaute de surprise et pousse un cri de douleur mais je reste bien calé au fond, je ne bouge plus. Cet acte à 3 objectifs : premièrement, je m'assure qu'il est bien séré du cul (rien de pire que baiser un mec trop ouvert et de ne pas toucher les bords !), deuxièmement, vérifier qu'il est bien propre : si jamais mes doigts ressortent souiller, faudra me les nettoyer et enfin l'humilier bien comme il faut et lui montrer qui est le boss !
Je ressors mes doigts et constate qu'ils sont nickels. Sa rondelle est bien serrée mais je sais comment faire en sorte qu'elle le soit plus encore. Je lui ordonne de se mettre à genoux à mes pieds et de se branler, je veux qu'il aille jusqu'au bout, jusqu'à ce qu'il jouisse tout seul, comme un con. Tout le monde sait, qu'après avoir juté, un mec est bien plus serré du cul et en plus, il prend beaucoup moins, voire plus du tout de plaisir ; et il est là pour MON plaisir. Je veux qu'il s'offre totalement à moi et cela passera par l'absence de son plaisir personnel. Je vois qu'il est prêt à tout larguer, je place ma skate shoes sous sa queue pour qu'il jute dessus. Il balance de longs jets épais et abondants faisant de longues traînées blanchâtres sur ma paire de Vans Revert en cuir noir.
- Lèche-moi ça ! Je veux qu'elles soient nickelles !!!
Pendant qu'il nettoie mes shoes, je me penche pour tester à nouveau sa rondelle. Je suis obligé de forcer pour pénétrer un seul doigt. C'est exactement comme ça que j'aime un cul : quand il faut forcer un peu. Je m'imagine déjà dedans, avec, comme un bruit de fond, les petits cris de douleur de Karim… wouahhhhh… je vais grave kiffer. Je vois que mon Tas-de-muscles est déçu, il ne voulait pas jouir comme ça. Il me regarde penaud, abattu, démotivé. Je décide de lui attacher les mains dans le dos avec mon écharpe, juste au cas où… et je le "rassure" :
- Maintenant mec, on va passer aux choses sérieuses !
- On va attendre un peu que je recharge, je préfè…
- Ferme-la !!! On va rien attendre du tout ! tu es ma chose, m'oblige pas à te baiser de force !
J'aimerai tellement qu'il m'y oblige pourtant… mais il baisse les yeux et se soumet. Je vais enfin niquer un mec entravé et musclé comme j'en rêve depuis longtemps. Il ne pourra qu'encaisser mes assauts et attendre que j'en finisse avec son cul… et pas d'bol, je suis TRES endurant. Il va morfler !
Voir ce corps bardé de muscles résigné à m'obéir m'excite comme un malade. Le pouvoir que j'ai sur lui me fait me sentir invincible ! Je sors ma queue
- Suce-moi !
Il a beau avoir ce corps puissant, il n'est maintenant à mes yeux qu'une pédale soumise qui fera TOUT pour mon plaisir. Ma queue est maintenant dans cette caverne de plaisir humide et chaude qu'est sa bouche mais ce n'est pas suffisant. Je l'attrape par les cheveux
- Applique-toi !
Ma respiration s'accélère, je suis de plus en plus excité, comme jamais auparavant. Je passe mes mains derrière sa nuque et entreprends de lui baiser la gorge. Il résiste mais mon étreinte est installée. Je force et arrive derrière les amygdales. Des larmes perlent sur ses joues mais je m'enfous, je prends mon pied et c'est tout ce qui compte. Je lis dans ses yeux grands ouverts qu'il me supplie d'arrêter…
Je dessers mon étreinte, détache ses mains et le laisse me sucer à son rythme. Ça a du lui servir de leçon car il est beaucoup plus performant. Je vois sa main droite s'approcher de sa queue et commencer une masturbation lente et instinctive de sa queue encore molle. Je l'attrape à nouveau les cheveux et tire violemment sa tête en arrière
- Qui t'a permis de te branler ? La prochaine fois, je te rattache les mains et pour de bon cette fois !
Tu te contentes de baisser les yeux… Je sens mon jus monter, je pousse des râles de plaisir. Je profite de ce moment d'extase où un mec bodybuildé est à genoux à mes pieds, soumis malgré sa puissance. Je lui inonde la gueule de longs jets de foutre jusqu'au fond de la gorge. Sa main droite s'empare de sa queue bandée et l'astique frénétiquement.
- Je t'avais pourtant prévenu !!!
Je m'empare de mon écharpe et lui attache les mains bien serrées dans le dos. Maintenant il est vraiment à moi. Ce corps fait de muscles saillants est à moi… J'aimerais l'exhiber ainsi devant la Terre entière : montrer à tout le monde que ce mec musclé est MA propriété ! Mais ce sera pour une autre fois, j'ai d'autres projets pour l'instant. Il m'appartient, il n'y a plus de limites, je ne me préoccupe plus de ce qu'il peut vouloir, son plaisir m'indiffère… seul le mien compte maintenant !
Maintenant que j'ai jouis une première fois, je suis prêt à le baiser sans ménagement, à l'utiliser comme un trou, comme un sextoy… et l'avantage, c'est que ça va durer BEAUCOUP plus longtemps. Bref, mieux vaut qu'il soit vraiment endurant !
Avant de pouvoir le niquer, il faut que je me soulage la vessie. Je le fais donc remettre à genoux à mes pieds, corps légèrement en arrière les mains toujours attachées dans le dos. Je lâche un premier jet d'urine bien chaude puis t'inonde tout le corps. Voir ruisseler ma pisse sur son corps musclé me fait rebander direct. Je le fais sucer mon gland pour bien le nettoyer puis enfile une capote et dépose une petite goutte de gel à la pointe de mon gland. Je le retourne sans ménagement sur le ventre, écarte ses cuisses puissantes et pointe ma queue sur sa rondelle. A ce moment j'ai une vue imprenable sur ses mains, liées dans son dos, entravées, il ne peut qu'encaisser sans broncher. Cela m'excite comme un porc et je le pénètre direct jusqu'à la garde d'un seul coup de rein puissant. La petite quantité de gel ne suffit pas pour une glisse sans accroc et il hurle de douleur ce qui me rend fou d'excitation ! Je lui attrape donc les cheveux, tire sa tête en arrière et commence de
puissants coups de reins rapides et profonds… Musclefétisch (Paris)

 

 

barre citewesh

Ma rencontre avec mon maître !

Moi c'est Cyril, j'ai 21ans et je suis exclusivement passif. J'aime les rebeux car ils possédent un charme envoùtant.
Cette histoire s'est déroulée il y a plusieurs mois. Je chattais, comme souvent, sur un site de cul lorsqu'un mec me contacte. Plutôt cash et directe, le mec me dit qu'il cherche un vide couilles.
Je lui envoi tout de suite mon numéro pour lui montrer que j'en veux.
Quelques secondes passent, mon portable sonne. Numéro privé.
- Allo?
- Ouai tu m'as filé ton tel. Tu reçois?
Je flippe un peu car le mec a l'air trés énervé.
- Heu oui, pas de problème, je te vide les couilles... Mais tout va bien, t 'as l'air tendu?
- J'me suis embrouillé avec ma meuf, envoie l'adresse et je viens passer mes nerfs sur toi !
La je flippe complètement, mais comme hypnotisé par la voix dur et grave de ce mec, j 'acquiesce.
Vingt-minutes plus tard, l'interphone sonne.
Nerveux et trés excité, j'ouvre la porte et m'agenouille dans l'entrée, nu. J'entends des bruits de pas, le mec entre, et là... Ouah ! Une bombe comme on en voit rarement !
Un rebeu a la peau mate, visiblement 25-26ans, un bon mètre quatre-vingt, tout en muscle, une barbe de trois jours, le regard dur... Et pour compléter le tableau, il est looké racaille, casquette, survet gris acier, et tn noire. Rien que de le regarder, je mouille du cul, j'ai l'impression d'avoir trouvé le graal !
Il s'approche de moi, se racle bruyamment la gorge, et me lache un gros mollard en plein visage.
Surpris, j'esquisse un mouvement de recul.
Le mec se jette sur moi, m'attrape a la gorge et me dit d'ouvrir la bouche. Terrifié, j'obtempére. Et là, je reçois un autre mollard direct en bouche.
- Avale ! m'ordonne-t-il.
A la merci de ce vrai mâle, j'obéis.
- Maintenant t'es ma pute, tu vas faire ce que j'te dis sans broncher ou j'te refais le portrait !
D'un simple hôchement de tête, je m'avoue vaincu.
Jusqu'alors, je n'étais ni branché sm, ni sneackers, ni uro, mais pour lui j'ai tout accepté.
Il m'a alors plaqué le visage contre la boss volumineuse que formait sa bite sous son survet. En bonne lope, j'ai léché le tissu en l'implorant du regard de m'autoriser a le sucer.
Je n'ai pas eu a attendre très longtemps.
D'un geste il a baissé le bas de son survet, et je suis resté bouche bée.
Sa bite en érection me surplombait totalement.
Je ne suis pas expert en taille de bite, mais la sienne pourrait très bien travailler dans l'industrie du porno.
Longue et monstrueusement épaisse,elle émergeait d'une touffe de poil digne d'un vrai hetero. Ses grosses couilles m'ouvrirent l'appétit.
Consciencieusement, j 'entrepris de lui lécher la bite. Mais cela ne lui suffit pa. Sans aucune considération pour moi, il m'attrapa par les cheveux et m'empala sur son chibre. De terribles haut-le-coeur s'ensuivirent. Il me pilonnait la bouche sans pitié, me claquant les joues en même temps. Les larmes plein les yeux, je suffoquait, mais cela lui importait peu.
Le rythme des coups de reins s'accentua, et une pluie d'insultes m'innonda.
- Vas-y bouffe mon zob salope, fais bien ta chienne... T 'es ma pute, tu vas devenir ma propriété sale enculé...
Les lèvres en feu, je luttais pour ne pas vomir. Mais alors que je pensais qu'il allait juter au fond de ma gorge, il s'arrêta net. Il sortit sa queue pleine de bave de ma bouche et me fit signe de le suivre, a quatre pattes.
La soirée allait être longue, mais j'etais aux anges, car je venais de trouver mon maître.
e a+ Cyril (Lyon)

 

 

 

barre citewesh

 

 

 

Suite...

 

 

 

 

 

Nouvelle Vidéo de Laskards à télécharger !

 

 
 
| Nous contacter |